Vous êtes ici : Accueil » La Nature au Costa Rica » Le Singe Capucin à Tête Blanche

Le Singe Capucin à Tête Blanche

Appartenant à l’ordre des primates, le singe capucin à tête blanche, de son nom scientifique cebus capucinus, est également connu sous les noms de singe moine, capucin moine, sapajou à face blanche, ou tout simplement capucin. On l’appelle en Espagnol « maicero cariblanco », littéralement le mangeur de maïs à face blanche, en raison de son goût prononcé pour cette céréale. Présent du Honduras jusqu’à l’Équateur, il est emblématique des forêts tropicales d’Amérique centrale et d’une partie de l’Amérique du Sud.

1. Présentation et caractéristiques du Singe Capucin :
2. Reproduction et vie sociale du Capucin à Tête Blanche :
3. Alimentation du Singe Capucin à Tête Blanche :
4. L’intelligence exceptionnelle de ce singe :
5. Les Prédateurs du Singe Moine :
6. Où voir le Singe Capucin au Costa Rica :

1. Présentation et caractéristiques du Singe Capucin :

Singe de taille moyenne, le mâle pèse jusqu’à 4 kg et mesure jusqu’à 45 cm, quand à la femelle, elle est plus menue et pèse 3 kg pour une taille d’environ 34 cm. Ces chiffres excluent la queue. Quel que soit le groupe observé, le mâle est environ un tiers plus grand et plus lourd que la femelle.

photo singe capucin

Singe Capucin à Tête Blanche ©kobbe2008

Leur queue, dotée de vertèbres puissantes leur permettant de l’utiliser comme un bras supplémentaire, peut atteindre jusqu’à 55 cm. Pour la comparer à quelque chose de semblable dans le règne animal, elle s’apparente beaucoup à la trompe d’un éléphant.

L’ensemble de leur corps est couvert d’un fin pelage noir, à l’exception de leur visage, de leur gorge et de leurs épaules, qui arborent une couleur blanche, teintée de jaune. C’est ce qui leur donne leur nom de « singe moine » ou « singe capucin » . En effet, leur pelage noir rappelle la couleur café de la robe des moines capucins, et le fait qu’elle s’arrête au niveau du visage renforce encore cet effet visuel de capuche. Pour information, l’ordre des moines Capucins a également donné son nom au café Italien appelé capuccino pour la même raison, à savoir la présence d’une couche sombre et d’une surface plus claire.

Le plus étrange est leur visage, rose pâle, avec de très rares poils blancs. Le premier observateur, et découvreur de l’espèce, le naturaliste Suèdois Carl Linnæus, avait été frappé par leur expression presque humaine. Il possède comme autre particularité un pouce dit « semi-opposable ». Contrairement à l’Homme, qui peut mettre son pouce face à n’importe lequel de ses doigts, le capucin ne peut le faire que sur les trois premiers. Cela limite sa capacité à saisir des objets lourds, ou de forme complexe, mais cela ne l’empêche pas non plus de manier habilement toutes sortes d’objets. Il se déplace généralement à quatre pattes, mais peut marcher, et même courir, sur ses deux pattes arrière, voire même utiliser sa queue comme ressort pour bondir en avant un peu à la façon du Marsupilami.

La longévité de ce singe est très disputée parmi les spécialistes. En captivité, il vit en moyenne 10 ans, même si le record est établi à 55 ans !  En liberté, aucune donné fiable n’est disponible. Selon les groupes observés, la durée de vie des capucins moines est tout simplement trop variable pour en tirer des chiffres précis.  Certains biologistes pensent qu’il vit moins de 10 ans en liberté, d’autres affirment qu’il vit beaucoup plus longtemps… Bref, les estimations varient entre 8 et 40 ans !

En ce qui concerne les différentes espèces de singes capucins à têtes blanches, les biologistes sont encore une fois très divisés. On compte officiellement 4 espèces : le cebus capucinus capucinus (découvert en 1758, en Equateur, Colombie et Panama), le cebus capucinus imitator (en 1903, au Nicaragua, au Costa Rica et à l’ouest du Panama), le capucinus cebus curtus (en 1905) et le capucinus cebus limitaneus (en 1914), ces deux dernières espèces n’ayant pas de territoire donné.

Mais en réalité, les différences physiologiques entre ces quatre espèces sont si minimes que la communauté scientifique ne les reconnaît pas ! On pense que les divergences que les naturalistes ont pu observer viennent de la taille du groupe observé, et de l’abondance relative de nourriture, qui fait changer radicalement le comportement du capucin. Pour être plus clair, il n’existe de façon reconnue qu’une seule espèce de capucin.

2. Reproduction et vie sociale du Capucin à Tête Blanche :

Contrairement à la plupart des espèces animales, y compris les singes, il n’y a pas de saison des amours chez les singes capucins. Ils se reproduisent tout au long de l’année, comme les êtres humains, et n’obéissent à aucun cycle.

image d'un singe capucin femelle et son bébé

Singe Capucin femelle et son bébé ©Photonoumi

Les mâles sont polygames, et fécondent autant de femelles que possible. Le mâle dominant se réserve les plus jeunes femelles, mais ne les fécondent que lors d’un pic de fécondité. Ce qui montre au passage qu’il est capable de déterminer le cycle hormonal de sa partenaire.

Plus étonnant est la fréquence de la polyandrie. Ce terme, assez rare, surtout dans le règne animal, signifie que les femelles s’accouplent souvent avec plusieurs mâles, et choisissent même parfois celui dont elle veulent porter le petit en pratiquant le coïtus interruptus (en français le coït interrompu, c’est-à-dire en rejetant le mâle avant qu’il n’ait pu terminer).

Mais la structure du groupe étant rythmée par des mouvements migratoires fréquents, il est bien difficile d’expliquer le comportement sexuel du capucin.

Les capucins vivent au sein de groupes de taille variable, entre 5 et 40 individus. Il ne se dégage pas vraiment de chef, même si le mâle dominant s’arroge quelques avantages. Les mâles dominent chaque colonie, et sont chargés de défendre leur territoire, qui est pourtant très mobile.

Les capucins parcourent en moyenne 2 kilomètres par jour, et ne se fixent pas à un endroit précis pour établir leur colonie. Le groupe se déplace ainsi à longueur de temps, sur un espace d’une trentaine de kilomètres carrés en moyenne. Les mâles sont d’ailleurs beaucoup plus mobiles que les femelles, et quittent à plusieurs reprises au cour de leur vie leur groupe, afin d’en intégrer un autre. Cela n’empêche pas ces singes d’être particulièrement possessifs, voire même agressifs, en cas d’invasion de leur espace vital.

A la moindre alerte, les capucins mâles se regroupent en arborant une expression menaçante, toutes dents dehors, et poussent des cris stridents destinés à la fois à alerter leurs congénères, mais aussi à effrayer tout assaillant. L’attaque frontale ou la fuite sont les deux options, et là, les réactions sont imprévisibles…

En réalité, leur comportement varie énormément selon la taille de leur groupe, y compris d’un point de vue alimentaire.

3. Alimentation Singe Capucin à Tête Blanche :

De régime omnivore, le capucin se nourrit avant tout de fruits et d’insectes. Il utilise parfois des bâtons pour aller chercher des fourmis ou des chenilles là où ses pattes ne peuvent accéder, et se sert de cailloux pour peler et casser les fruits trop solides. Il lui arrive également de se nourrir d’araignées, d’oiseaux, d’œufs, de lézards, de mollusques et même de petits mammifères, y compris des écureuils. Il utilise souvent sa queue pour se suspendre afin de se nourrir discrètement sur des branches inférieures.

Étrangement, plus le groupe d’individus est grand, plus les capucins seront insectivores voire carnivores. A l’inverse, les petits groupes sont essentiellement frugivores. On n’a jamais pu expliquer de façon certaine l’origine de ce comportement alimentaire, mais on pense qu’il suit une logique territoriale.

En effet, un territoire donné ne peut donner qu’une quantité limitée d’aliments. Les petits groupes étant plus vulnérables que ceux constitués d’une vingtaine d’individus, ils se tournent vers une alimentation renouvelable, les fruits, et ne choisissent d’autres sources d’aliments, qu’ils devraient disputer à leurs prédateurs, qu’en cas de pénurie. A l’inverse, les groupes plus importants, conscients ou non du handicap provoqué par leur nombre, choisissent une alimentation disponible immédiatement, après avoir épuisé les réserves de fruit de leur territoire, sans se préoccuper de la concurrence.

Cette organisation alimentaire montre une intelligence particulièrement développée.

4. L’intelligence exceptionnelle de ce singe :

Le poids de leur cerveau, avoisinant 80 grammes, dépasse celui de la plupart des singes, y compris des grands singes, tels les gorilles ou les orangs-outans, et avoisine même (proportionnellement bien sûr), celui du cerveau humain.

photo de singes capucins à tête blanche

Singes Capucins à Tête Blanche ©Photonoumi

Le capucin moine, très intelligent dans son milieu naturel devient un simple animal de compagnie quand il est en captivité, il perd toute curiosité et toute vivacité d’esprit. Ce qui fait qu’on ne peut faire de test scientifique fiable pour déterminer son QI… Cependant, dans la nature on a régulièrement observé chez lui des caractéristiques proches de celles de l’homo habilis, le premier ancêtre de l’être humain capable de fabriquer et d’utiliser des outils (il y a environ 2,5 millions d’années).

En clair, le capucin peut tailler des bouts de bois pour en faire un outil afin de débusquer des insectes ou une quelconque proie, et on a même pu observer l’utilisation de pics rudimentaires comme armes, que ce soit pour l’attaque (afin d’embrocher des proies) ou pour la défense (contre un prédateur, ou même un autre singe, issu d’un groupe étranger). De la même façon, il utilise des cailloux soigneusement sélectionnés pour leur tranchant afin de peler les fruits qu’il consomme, ou décortiquer ses proies.

Il peut même utiliser sa queue comme artifice afin de piéger sa proie. Croyant être attaqué d’un côté, l’insecte, ou le petit mammifère, fuit en avant et tombe entre les mains expertes du singe.

Régulièrement, il frotte son pelage avec la pulpe de certains fruits, ou même la carapace des mollusques qu’il débusque, afin de se débarrasser des parasites ou protéger sa peau comme on le fait avec une crème hydratante, ce qui démontre une connaissance approfondie des caractéristiques curatives des plantes.

Et dernier point concernant son intelligence : il est pour ainsi dire impossible de le capturer via une cage piégée. Sans que rien n’indique visuellement la trappe, ou même si la cage est parfaitement dissimulée, le capucin l’évitera à coup sûr. Seul un filet tendu au-dessus de lui, hors de son champs de vision, peut le prendre au piège.

5. Les Prédateurs du Singe Moine :

Les prédateurs les plus insaisissables du capucin moine sont les serpents, notamment une espèce de boa arboricole qui ne leur laisse aucune chance en cas d’attaque. Ce qui fait que même en hauteur ils ne sont pas à l’abri. Ils sont également victimes des caïmans, des jaguars ou encore des ocelots. En d’autres termes, le sol n’est pas non plus très sûr pour eux. La dernière menace vient des airs, avec le terrible aigle harpie. C’est lui son pire ennemi. Bref, il peut être attaqué où qu’il se trouve.

Afin de se prémunir de toute attaque, les groupes de singes capucins désignent des sortes de sentinelles, des vigiles qui mènent la garde en permanence, à tour de rôle, et donnent l’alerte en cas de problème.

Et sans que l’on puisse l’expliquer de façon certaine, un comportement social fait qu’en cas d’attaque, le groupe décide de fuir, ou d’affronter l’ennemi. On n’a jamais encore pu déterminer quels facteurs rentraient en jeu, ni comment le groupe entier prenait une telle décision, mais le fait est là : les capucins peuvent se constituer en armée de défense, guidée par les sentinelles, ou battre en retraite en quelques minutes. Là encore, la taille du groupe influe beaucoup, mais ce n’est pas le seul élément entrant en ligne de compte… Notre intelligence humaine ne peut pourtant pas comprendre leur logique.  On a pu observer des groupes nombreux fuir devant un simple serpent, et d’autres bien plus modestes affronter un jaguar affamé.

Globalement, le capucin n’est pas une espèce menacée. Seule la déforestation peut vraiment le mettre en danger, mais elle est heureusement limitée dans son habitat naturel.

6. Où voir le Singe Capucin au Costa Rica :

On peut l’observer un peu partout, il est très facile à approcher dans les forêts tropicales du Costa Rica, rendez vous dans les Parcs Nationaux Manuel Antonio ou de Cahuita pour le rencontrer à coup sûr. D’autant plus qu’il n’est pas très craintif et vient souvent au contact des humains en quête de nourriture.

Il est d’ailleurs très tentant de lui donner à manger, mais on vous le déconseille fortement pour éviter « d’apprivoiser » les capucins, même si ces derniers sont de redoutables chapardeurs, ils n’ont pas besoin de vous pour se nourrir, la forêt leurs apporte tout ce dont ils ont besoin!! De la même façon, posséder un capucin en tant qu’animal de compagnie devient à la mode…. mode complètement stupide, laissez les s’épanouir dans leur milieu naturel ou lieux de les abrutir en appartement :)

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.3/10 (43 votes cast)

Le Singe Capucin à Tête Blanche, 9.3 out of 10 based on 43 ratings


Laisser un Commentaire

© 2012 Costa-Rica.fr

Aller vers le haut